Matériel archéologique

La première étape de ce travail est la mise en ligne des oeuvres découvertes lors de la première série de campagne de fouilles archéologiques menée par Jules Barthoux entre 1926 et 1933 à la demande d'Alfred Foucher, directeur de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan.

Retour vers Kapilavastu

HADB N° : 472
Catégorie : Iconographie
Type d'objet :Bas-relief
Matière : Schiste
Provenance : Haḍḍa
Localisation : Haḍḍa, localisation perdue
N° de Localisation : Inconnu
Datation :
Dimension : h = 22 cm ; l = 15 cm
N° d'inventaire de fouille :
Lieu de conservation : Musée Guimet
N° d'inventaire musée : MG 17202
Trace de polychromie : Non
Type de restauration : Pas de restauration

Description :

Il s’agit d’un fragment de relief brisé de toute part représentant un éléphant richement harnaché et conduit par un cornac. L’éléphant se dirige vers la gauche, le cornac assis au niveau du cou.  L’animal est recouvert d’un tapis de selle, décoré de rosettes et cerné de rinceaux, sur lequel se dresse un palanquin fixé par des cordes. Vide, il ressemble à un petit balcon couvet d’une coupole, reposant sur colonnettes et des pieds en bois tournés. Une petite cloche pend le long de la selle. Cette scène est sans doute une représentation du retour de Māyā et du jeune Siddhārta du parc de Lumbini, lieu de sa naissance, vers Kapilavastu. L’absence de personnages dans le palanquin n’infirme pas cette identification ; la présence de l’éléphant harnaché et conduisant le palanquin est caractéristique de cet épisode.

Observation :

Les reliefs en schite découverts par Barthoux entre 1926 et 1929 proviennent majoritairement des alentours du Grand Stūpa K1 de Tapa-i Kafarihā, du sud-ouest du stūpa principal B12 de Bāgh Gaï (autour de B13) et du Grand Stūpa TK140 de Tapa Kalān.

Etude comparative :
Référence(s) bibliographique(s) :
Monuments préislamiques d’Afghanistan - pl. XII, n°47